Emboîter le pas de Michel Andreau à travers le parcours citoyen

A 79 ans, Michel Andreau, président de l’Association Régionale Europe Pays de la Loire a vu l’Histoire européenne se construire sous ses yeux : du Traité de Rome au Traité de Maastricht en passant par celui de l’Elysée dont le cinquantenaire est fêté cette année. Mercredi 15 mai, Michel Andreau et de nombreux bénévoles iront à la rencontre des promeneurs lors d’un parcours citoyen dans le centre de Nantes. L’occasion d’échanger, de discuter et d’écouter un témoin de la construction européenne.

 

Pour M. Andreau, l’Union européenne sonne avant tout comme une belle promesse de paix. Les plus jeunes l’ont peut-être oublié mais c’est bien à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale que naît l’idée de créer une union entre des peuples opposés depuis des siècles. La guerre, Michel Andreau l’a vécue « Ma génération a connu des moments difficiles. En 1944, j’habitais à Angers. Avec un copain, on devait faire notre communion solennelle à la Pentecôte. La veille, ils ont bombardé la ville. J’ai perdu mon ami cette nuit-là. » Alors au long de notre discussion, plusieurs fois, une phrase revient : « L’Europe, ça nous a apporté la paix ».

 

Aujourd’hui la paix est là, il voit les choses en grand pour l’Europe: «  De l’Atlantique à l’Oural, comme Charles de Gaulle. Avec les Etats-Unis à l’ouest et l’Asie à l’est, il ne faut pas rester seul face aux grandes puissances.»

 

A la rencontre des citoyens


 « L’Europe se fait très lentement. » C’est pour rappeler que l’Europe ne s’est pas faite en un jour mais qu’elle est le fruit de nombreuses évolutions que l’Association Régionale Europe Pays de la Loire va à la rencontre des citoyens. Depuis dix ans, les bénévoles déambulent, documentation sous le bras, dans les rues de Nantes à l’occasion de la journée de l’Europe. « Les gens sont curieux. Ils nous posent beaucoup de questions. Ils cherchent à comprendre le pourquoi du comment. Parce que Bruxelles c’est quand même loin de Nantes et parfois ils n’ont pas l’impression d’avoir des réponses. On essaye de leurs apporter du concret. Les associations locales apportent l’Europe ». Il jette un coup d’œil à sa veste et montre le pin’s visé sur sa veste. Un badge où le drapeau français et le drapeau européen s’entrecroisent.  Michel Andreau garde toujours un œil sur l’Europe.

 

Vous avez pu aller à la rencontre de M. Andreau et de nombreux bénévoles le mercredi 15 mai dans le centre-ville de Nantes. Départ à 9h au Rond-Point de Paris. Arrivée à 12h30 à l’Hôtel de ville.